Voeux des Frères de la Sainte Famille à Sâaba

Dimanche, 26 Juillet 2009
mardi 4 janvier 2011
par  Ab Joseph KINDA
popularité : 28%

Excellence Monseigneur Jean-Marie Untaani COMPAORE, Révérend Frère Firmin TANKOANO, Provincial des Frères de la Sainte Famille, Chers profès de ce jour, Chers frères et sœurs en Christ,

En ce jour béni, que la Grâce et la Paix de Notre Seigneur Jésus-Christ soient toujours avec vous ! Oui ! Aujourd’hui, le Seigneur nous donne de célébrer un double événement avec la Congrégation des Frères de la Sainte Famille de la Province sainte Anne du Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Bénin. En ce dimanche 26 Juillet, l’Eglise fait mémoire et honore Sainte Anne et Saint Joachim, parents de la Vierge Marie. Les frères de la Sainte Famille se sont mis sous le patronage de Sainte Anne. Au nom de notre Eglise Famille diocésaine, de notre auguste assemblée, nous souhaitons heureuse et sainte fête patronale. Le Seigneur nous donne également de célébrer aujourd’hui des professions temporaires de sept (7) frères et des professions perpétuelles de quatre (4) frères. A tous les élus de ce jour, nous adressons nos vives félicitations et les assurons de notre prière fraternelle.

Chers frères et sœurs,

L’importance de la présente célébration n’échappe à personne, car « l’état de ceux qui professent les conseils évangéliques -nous enseigne le Concile Vatican II- appartient à la vie et à la sainteté de l’Eglise » (LG n°44). Nombreux et riches sont les éléments qui méritent d’être mis en lumière aujourd’hui, non seulement pour les profès de ce jour, mais aussi pour notre assemblée en prière. Avec vous, je m’arrêterai volontiers sur deux aspects fondamentaux de la vie consacrée que le Seigneur nous donne d’accueillir et de célébrer ce matin à Sâaba.
- La Signification de la vie consacrée
- Ma mission de tout institut de vie apostolique

I- LA SIGNIFICATION DE LA VIE CONSACREE

Mes frères et sœurs,

Que signifie pour vous la vie consacrée – être frère, religieux (ses) ? Que signifient les professions perpétuelles, temporaires de ce matin ?

La consécration religieuse est un don de Dieu et renvoie à la consécration baptismale (LG 44). Le baptême purifie, sanctifie, régénère, vivifie et consacre la personne du baptisé… au point d’en faire « une propriété de Dieu ». Quant à la consécration religieuse – tout comme celle sacerdotale – elle constitue une nouvelle consécration, selon une belle affirmation du Concile Vatican II : « A un titre nouveau et particulier, le religieux est entièrement livré à Dieu. La profession des conseils évangéliques répond à une vocation divine et constitue une consécration particulière qui s’enracine intimement dans la consécration du baptême et l’exprime avec plus de plénitude » (PC n°5). L’appel d’un baptisé à la vie consacrée dans l’état religieux comporte la profession des conseils évangéliques, c’est-à-dire, l’obligation de pratiquer
- la chasteté dans le célibat
- la pauvreté
- et l’obéissance.

Les frères de la Sainte Famille vont s’engager tout à l’heure et professer les trois (3) vœux ou les trois (3) conseils évangéliques : chasteté, pauvreté, obéissance.

 La Chasteté

Ce vœu comporte l’obligation de la continence parfaite dans le célibat. Comme vous le savez tous, Jésus ne s’est jamais marié… il n’a pas vécu le mariage… A la suite de Jésus qui les appelle, nos profès donnent totalement leur vie… Ils consacrent leur vie… ils offrent leur cœur, tout leur être en renonçant aux joies de l’amour conjugal, familial… « à cause du Royaume des cieux » c’est-à-dire pour les hommes… pour l’annonce de la Bonne Nouvelle… « Celui ou celle qui n’est pas marié a souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur » (1 Cor 7,52). Dans une Afrique traditionnellement caractérisée par l’amour de la vie, de la procréation…, un tel vœu qui est un don de Dieu à son Eglise revêt une signification particulière… Il annonce la radicalité et la primauté du Royaume de Dieu… sur les réalités et les valeurs de ce monde qui passe.

C’est dans ce sens que nous devrions comprendre l’exhortation de l’apôtre Paul : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent… Je vous exhorte à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capables de plaire à Dieu » (Rm 12). Avec le Pape Jean Paul II, nous n’aurons de cesse de prier pour tous les consacrés -hommes et femmes- « afin que leur chasteté -signe d’amour préférentiel pour Jésus-Christ- soit vécue dans la plus grande fidélité et soit une révélation de la tendresse de l’amour gratuit et universel, révélation de la tendresse même de Dieu pour tous les hommes » (Cf. Jean Paul II, aux religieux/ses, 16 mai 1980).

 La Pauvreté

A la suite de Jésus, qui s’est fait pauvre et humble pour les hommes, le religieux fait également le vœu de pauvreté, plaçant ainsi en Dieu tout son trésor, considérant tout comme balayure (Phil 3), subordonné aux valeurs du Royaume. Le vœu de pauvreté engage la personne à vivre pauvre en fait et en esprit ; le religieux n’a pas de biens propres (salaire, meubles…), il dépend matériellement de sa famille religieuse… Dans notre contexte social de pauvreté généralisée, le vœu de pauvreté peut constituer un vrai défi.
- Les religieux doivent s’évertuer à rester intérieurement et extérieurement libres par rapport aux biens matériels, à l’argent…
- En outre ils doivent s’évertuer à rester solidaires avec le milieu de vie, avec les plus pauvres. Les religieux travaillent de leurs mains et essaient de vivre la mise en commun de tous les biens, l’hospitalité et le partage avec les plus démunis en évitant de créer la dépendance totale et permanente des pauvres par rapport à eux… Les textes bibliques de ce 17ème dimanche du temps ordinaire nous invitent à inventer de nouvelles relations entre les hommes, notamment par le « partage des ressources dans l’amour fraternel » en vue de contribuer à assurer à tous la subsistance indispensable (Jn 6, 1-15 ; 2 R 4, 42-44)

 L’obéissance

A la suite du Christ obéissant jusqu’à la mort et à la mort de la croix, les religieux font complètement l’offrande de leur volonté et de leur liberté à celui par qui ils ont laissé prendre leur vie… A l’exemple du Christ, venu faire la volonté du Père, le religieux fait l’offrande totale de sa propre volonté afin d’être plus sûrement uni à son œuvre de rédemption. Le vœu d’obéissance oblige également le religieux à soumettre sa volonté aux supérieures légitimes lorsqu’ils commandent suivant les Constitutions de l’Institut (Can. 601).

Ce vœu est en pleine consonance avec l’exhortation que nous donne Jésus dans l’évangile : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera » (Mt 16,27). Le Concile Vatican II retient que par les trois (3) vœux de chasteté, pauvreté, obéissance « le fidèle du Christ est entièrement livré à Dieu à qui il voue l’amour le plus complet pour être une personne, affecté au service de Dieu et à son honneur à un titre nouveau et particulier » (LG 44). Ainsi donc, « appartenir totalement à Dieu », demeurer « la propriété exclusive de Dieu »… c’est cela être religieuse, sœur, religieux, frère, frère missionnaire des Campagnes, ressembler, s’identifier à Jésus…

II- LA MISSION DE TOUT INSTITUT RELIGIEUX DE VIE APOSTOLIQUE

Comme l’a été la vie de Jésus lui-même tout entière, la vie consacrée elle-même, la profession des conseils évangéliques de chasteté, pauvreté, obéissance, rendent la personne totalement libre pour la mission, pour la cause de l’Evangile…

« L’Eglise existe pour évangéliser » (Ev. N. n°14), et par voie de conséquence, tout institut religieux, toute personne consacrée… existe pour Dieu, pour la construction du Royaume de Dieu, pour le service de l’Evangile ; et cela jusqu’aux extrémités de la terre. (Mt 28, 19 ; Ac 1,8). A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun ! Et l’apôtre St Paul nous rappelle qu’il y a diversité de charismes, c’est-à-dire des dons reçus de Dieu… pour le bien de tous…

La grande question qu’on pourrait se poser est la suivante : Comment un baptisé est-il Apôtre ? Comment une congrégation religieuse peut-elle être missionnaire ? Les constitutions de chaque Institut religieux déterminent le cadre des activités apostoliques… c’est souvent très variées.

Pour ma part, au-delà des charismes spécifiques, je me contenterai de vous laisser sur une interpellation des Pères du Synode africain de 1994, consignée dans Ecclesia in Africa, n° 94 : « Dans une Eglise-Famille de Dieu, la vie consacrée a un rôle particulier, non seulement pour indiquer à tous l’appel à la sainteté, mais aussi pour témoigner de la vie fraternelle dans la communauté. Par conséquent, les consacrés sont invités à répondre à la vocation à laquelle ils sont appelés dans un esprit de communion et de collaboration avec leurs évêques respectifs, le clergé et les laïcs. »

Comme vous l’avez constaté, l’interpellation porte essentiellement sur deux aspects importants :
- L’appel à la sainteté
- La vie fraternelle en communauté, signe concret de l’amour de Dieu.

C’est dire que la mission, avant de se caractériser par les œuvres extérieures, consiste essentiellement à rendre présent au monde le Christ lui-même par le témoignage de la vie (Vita Cons… n° 72). Le témoignage de la tendresse de Dieu pour tous les hommes, le témoignage de la sainteté… c’est cela le but premier de toute vie consacrée.

Tout cela suppose une union intime à Lui dans la prière quotidienne, régulière, fidèle, la méditation de la Parole, la fréquentation fervente des sacrements, en particulier l’Eucharistie et la Réconciliation… (Cf. N.M. I de Jean Paul II). Le religieux comme tout apôtre, est missionnaire par ce qu’il est, avant de l’être par ce qu’il dit ou fait… « Le véritable missionnaire c’est le saint ». (R.M. 90). Les œuvres d’apostolat ou de promotion humaines viennent seulement après cela, ou dans cet effort constant pour « être saint comme notre Père céleste est saint ».

Chers Frères,

Vous avez retenu comme thème de votre retraite annuelle « la vie fraternelle en communauté » Vous rejoignez par là -et vous vous approprier d’un des aspects fondamentaux de la vie consacrée- vivre et manifester l’amour du Christ autour de soi quotidiennement.

Dans la 2ème lecture de ce dimanche, Saint Paul nous exhorte en ces termes : « Supportez-vous charitablement les uns les autres. Efforcez-vous de conserver l’unité d’esprit dans le lien de la paix ». (Eph 4, 1-6). Pour ce faire, chaque membre de la communauté doit s’efforcer de pratiquer les vertus de l’humilité, de patience, de douceur, de pardon et de réconciliation mutuelle… La communauté fraternelle constitue un stimulant pour la persévérance dans la vocation et la fidélité aux vœux de chasteté, pauvreté, obéissance. Plus la vie de communauté est fraternelle, plus la vie religieuse sera épanouie et apostoliquement féconde.

Chers profès de ce jour, chars frères et sœurs, Dans l’évangile de ce jour, Jésus multiplie des pains et comble la faim des foules. Ce récit évangélique préfigure l’Eucharistie qui nous rassemble. Seul Jésus-Christ peut combler la faim des hommes. Avec lui, par lui et en lui, le don de soi est possible. Daigne-t-il achever dans les profès perpétuels et temporaires, ce qu’il a lui-même si bien commencé. Daigne-t-il fortifier les membres de la Congrégation des Frères de la Sainte Famille dans leur charisme et spiritualité. Ainsi pourront-ils aller toujours au large, en eau profonde -Duc in Altum- pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Ô Maire, Modèle sublime de toute consécration, intercède pour eux et rend les toujours plus forts, plus saints, plus missionnaires. Amen !

Monseigneur Philippe OUEDRAOGO Archevêque Métropolitain de Ouagadougou


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Finale karaoké 2010 des enfants

mardi 7 septembre 2010

La radio Ave Maria à Ouagadougou va avoir la finale du karaoké qu’elle a organisé pour les enfants ces vacances-ci. La dite finale aura lieu à Reem-Doogo sis à Gounghin, le dimanche 12 septembre à 15 heures. A cette occasion plusieurs artistes ont été invités. Rappelons que la marraine de l’événement est Toussy, la coqueluche de la musique moderne religieuse catholique dans notre Eglise Famille.

Sur le Web : http://