Pour mieux croire

Et pourquoi donc jeûner  ?
dimanche 4 mars 2012
par  Ab Joseph KINDA
popularité : 1%

Pendant le temps de Carême, les chrétiens sont invités à prier, à pratiquer l’aumône et à jeûner. Jeûner  : quelle étrange pratique de vouloir se priver de nourriture et de s’affronter à la faim dans des pays où nous n’avons déjà pas assez à manger  ? Quel sens peut donc revêtir cette forme d’abstinence  ?

JPEG - 48.2 ko Autrefois chez les Juifs comme les Chrétiens, le jeûne s’imposait de lui-même à qui avait commis une faute grave, ou du moins était profondément tourmenté par une faute qu’il se reprochait. La mine contrite, le corps recouvert de vêtements déchirés, le pénitent remettait à Dieu, et en public, son lourd fardeau, afin d’être libéré. Dans la Bible, le jeûne est associé au changement du cœur, à la prière et à l’aumône, l’ouverture à autrui.

Aujourd’hui, nous entendons souvent parler de personnes qui entament une grève de faim pour faire valoir une cause qu’ils défendent. Pour montrer leur détermination, ils se privent de nourriture. Ils deviennent ainsi un signe parlant autour d’eux. Le jeûne des chrétiens n’est pas une grève de la faim, mais comme celle-ci, il peut être perçu comme un signe de contradiction pour le monde. Le jeûne met en avant un désir essentiel, celui de connaître Dieu et de revenir à lui dans une démarche d’humilité. Si le jeûne touche le corps, c’est afin que le cœur retrouve sa liberté et sa capacité de relation à Dieu, aux autres, et à soi-même. Il met en disponibilité pour Dieu et rend solidaire. Il permet de rester en éveil à l’égard du frère, à l’égard du pauvre.

Le jeûne peut prendre de multiples formes  : Pour les uns ce sera une brèche dans l’emploi du temps pour écouter avec plus d’attention, pour d’autres, l’ouverture d’un livre afin de retrouver le temps du dialogue intérieur. Pour d’autres encore, ce sera un léger frein sur l’ordinateur ou la télévision, ou le téléphone portable pour redonner du temps à l’essentiel, au silence, à la rencontre, le temps de la prière, de l’écoute de la parole de Dieu. Le jeûne de nourriture est un chemin parmi d’autres pour renouer l’amitié avec Dieu. Généralement, c’est ce jeûne là qui est pratiqué autour de nous  : un repas simple avec privation de viande, un renoncement à des satisfactions personnelles comme les boissons alcoolisées, le tabac, les friandises etc.…Mais le jeûne n’aurait vraiment de sens que s’il nous pousse au partage. Déjà au V° siècle, le Pape Léon le Grand écrivait ceci  : «  Que l’abstinence de nourriture et de boisson des fidèles devienne nourriture et boissons pour les pauvres. Aucune dévotion des fidèles ne réjouit davantage Dieu le Père que notre dévouement aux pauvres  ; car là où Dieu trouve des soins miséricordieux, il reconnaît une image de sa propre bonté  ».

En fait, l’originalité de la foi chrétienne consiste à tenir jusqu’au bout, dans l’équilibre, la dimension horizontale et la dimension verticale de la vie. La première évoque la relation avec les frères et les sœurs, et la deuxième, la relation avec Dieu. On le voit bien, pour le chrétien il est important de jeûner, mais en jeûnant il ne faut jamais oublier le texte d’Isaïe  : «  Voici quel est le jeûne qui me plaît  : brise les chaînes injustes, rends la liberté aux opprimés, allège les fardeaux trop lourds. Partage avec celui qui a faim. Recueille chez toi le malheureux sans abri. Couvre celui que tu verras sans vêtement et ne te dérobe pas à ton semblable  » (Is 58).

Jean-Paul Sagadou Assomptionniste


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Finale karaoké 2010 des enfants

mardi 7 septembre 2010

La radio Ave Maria à Ouagadougou va avoir la finale du karaoké qu’elle a organisé pour les enfants ces vacances-ci. La dite finale aura lieu à Reem-Doogo sis à Gounghin, le dimanche 12 septembre à 15 heures. A cette occasion plusieurs artistes ont été invités. Rappelons que la marraine de l’événement est Toussy, la coqueluche de la musique moderne religieuse catholique dans notre Eglise Famille.

Sur le Web : http://