FUNERAILLES CHRETIENNES Mgr Dieudonné YOUGBAR

homélie de Mgr Séraphin ROUAMBA
mercredi 7 novembre 2012
par  Ab Joseph KINDA
popularité : 100%

Bien chers frères et Sœurs en Jésus Christ, Chers amis, Chers sympathisants et Vous tous, accourus de tous les horizons, pour célébrer avec nous la Vie En cette journée-Souvenir de Notre Patriarche, Mgr Dieudonné Yougbaré, Soyez tous les bienvenus !

Avec St Paul, nous pouvons véritablement louer le Seigneur et dire ; « Béni soit le Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus Christ qui nous a bénis par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le christ ! » Eph 1,1Oui, que son nom soit béni maintenant et toujours.

JPEG - 51.1 ko L’aventure commence véritablement le 16 février 1917 ou plutôt le 17 février, quand le bébé qui venait de voir le jour, la veille, dans le foyer de Albert Loukri Yougbaré et de Poko Philomène Koudgou reçu la vie de Dieu par le baptême. On l’attendait d’ailleurs avec beaucoup d’impatience, car sa Sœur aînée Eugénie, avait déjà 5 ans révolus. Il reçu le prénom de Dieudonné.

Le petit Dieudonné Yougbaré, né le 16 février 1917 à Koupéla, après l’école cléricale, rejoint le Petit séminaire de Pabré, le 9 février 1928, le même jour d’ailleurs qu’un certain Joseph Bembamba – que les aînés ont connu ici à Koupéla, et un certain Paul Zoungrana, non moins connu, tous maintenant auprès du Seigneur.C’est de là-bas que le jeune Dieudonné rejoint le Grand Séminaire régional de Koumi le 24 novembre 1937 pour ses études supérieures. Le parcours de l’Abbé Dieudonné Yougbaré a été cahoteux et bien incertain.) Renvoyé deux fois du séminaire pour raison de santé, comme vous le savez, il y est pourtant définitivement admis après bien de tergiversations de ses supérieurs et de vigoureux plaidoyers en sa faveur de fidèles laïcs qui estimaient bien le connaître. Après la redoutable épreuve de la « Probation », il est ordonné sous-diacre et diacre et enfin prêtre en l’année 1945, le 8 avril à Ouagadougou par le Vicaire Apostolique d’alors, Mgr Johanny Thévénoud. Bien qu’étant parmi les pionniers, il n’était pas de la première promotion qui a revêtu la soutane ce mos de novembre à Pabré, en 1933. Pour l’histoire, ils avaient pour noms : Zacharie Nikyèma, Joseph Ouédraogo, les deux premiers auxquels on a adjoint l’abbé Paul Zoungrana plus jeune de promotion pour être les trois premiers prêtres de la Haute volta, le 2 mai 1942 ; ensuite, toujours parmi les 8, Laurent Ghilat Paré, le fondateur et initiateur de la Communauté chrétienne de Haute Volta et du fameux collège Laurent Ghilat, Christophe Kalenzaga, Parlementaire, François Nana, Lamoussa Xavier Kyelem, Pierre Tapsoba, et Martin Silga

Mgr Dieudonné Yougbaré, dont nous avons choisi d’honorer la mémoire aujourd’hui, par cette célébration solennelle, est un homme taillé d’une pièce. Un homme tout gagné à la cause de Jésus-Christ et de son évangile du salut et tout autant gagné à la cause des hommes ses frères et sœurs. Car, quiconque est vraiment du côté de Dieu ne peut se désintéresser du sort de l’homme créé à son image et à sa ressemblance. En témoignaient sa vie de prêtre, de vicaire à la cathédrale de Ouagadougou, à la paroisse de Pabré, son expérience de professeur au Petit Séminaire de Pabré, et de premier curé africain à Pabré et à Garango. Nous avons en face de nous, un homme consciencieux, rigoureux, méthodique, zélé et aimant la prière, tout donné à son apostolat.Quand il est nommé curé doyen de Garango, c’était déjà en prévision de sa future nomination comme responsable de la nouvelle circonscription ecclésiastique en projet. Et la nouvelle tombe un 29 février 1956 : Monsieur l’Abbé Dieudonné Yougbaré est nommé évêque du diocèse nouvellement créé de Koupéla. Il est le premier africain noir de l’Afrique de l’Ouest à qui Rome (Le Pape Pie XII en l’occurrence !) confie une telle responsabilité. Un an avant la nomination du Cardinal Bernardin Gantin, de vénérée mémoire, en 1957, comme évêque Coadjuteur de Cotonou, au Bénin, (Dahomey de l’époque).

Un Africain noir à la tête d’un diocèse, en Afrique de l’Ouest. A cette époque d’avant les indépendances !! Quel événement ! C’est de l’inédit. C’est d’ailleurs à cause de cela que le Cardinal Gerlier, Archevêque de Lyon, Primat des Gaules, accepte l’invitation qui lui est faite de venir procéder à l’ordination du premier évêque noir de la Haute-Volta. Nous imaginons facilement tout ce qui a pu se passer dans la tête du Nouveau promu : Que faire pour être à la hauteur et ne pas décevoir les espoirs placés en lui ? En fait, il lui a suffi de vivre ce qu’il était, de déployer les qualités qui étaient les siennes pour que les choses prennent lechemin souhaité. Tout n’a pas été facile, loin s’en faut. Les témoignages d’hier soir, lors de la veillée, en disent long : Les instituts préféraient s’installer en territoire connu, sous la houlette de personnes plus connues. Dans des agglomérations plus importantes.C’est pourquoi li faut souligner son étroite collaboration avec les Srs de l’Immaculée conception…qui elles aussi avaient leur première supérieure générale noire….Pour une évangélisation en profondeur et qui touche toutes les couches de la population, enfants, femmes…Il fallait l’engagement de femmes toutes données au Seigneur et qui ne rechignent pas au travail. Nous remercions donc en passant la Congrégation des Sœurs de l’Immaculée Conception pour son efficace et constante collaboration pour l’œuvre d’évangélisation dans notre diocèse. Dieu le lui rende au centuple en vocations solides et nombreuses !

Est-il nécessaire de s’appesantir sur le travail immense et digne d’éloges qu’il a accompli pour la construction de son nouveau diocèse sur le plan spirituel et matériel ? Mgr Dieudonné Yougbaré, nommé évêque à 39 ans, a gouverné son diocèse pendant 39 ans avant de pouvoir être admis à une retraite bien méritée à Baagré où il a passé les 16 dernières années de sa vie, dans le silence, la prière et l’apostolat de l’accueil. Et vous savez que sa mémoire insultante s’il en fut, surprenait tout le monde et faisait l’éblouissement de ceux qui avaient la chance de le rencontrer. Je n’étonnerai personne en disant que ces 39 ans on été riches et pleines. Mgr s’est battu sur tous les fronts à la fois : l’évangélisation, l’éducation, le développement économique, la libération de la femme, la santé et j’en passe…
— Le Petit séminaire de Baskouré créé en 1962
— Le collège Marie Reine de Tenkodogo pour les jeunes filles qui fête cette année ses 50 ans…
— de nombreuses écoles primaires
— des centres ménagers et de formation féminine.
— l’œuvre des « Filles des cours de Srs » pour lutter contre le mariage forcé qui a encore cours même aujourd’hui.
— Un orphelinat à Garango…
— De nombreuses retenues d’eau avec le concours de partenaires .divers, des puits et des forages.
— Des reboisements tous azimuts par OCADES/CARITAS
— Le projet ADRY-UGPY pour le développement du Yaanga.
— Les RBCAH de Zabré, de Ouargaye et de Garango pour la réhabilitation des aveugles et autres handicapés.
— Le dispensaire de Koupéla (lui, rêvait d’une pédiatrie !) qui deviendra le Centre médical St Camille de Koupéla gérée depuis sa création par les Sœurs Filles de St Camille et qui ne demande qu’à pouvoir développer son plateau technique au bénéfice de tous et surtout des plus démunis

Et pourquoi tout cela ? St Irénée de Lyon disait : « la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant et la vie de l’homme, c’est la vision de Dieu ! », l’homme debout, libéré de toutes les misères. Rappelez-vous qu’un des signes de la présence du Messie, retenu dans la Bible et repris par Jésus lui-même est le suivant : « les aveugles voient, , les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, la Bonne nouvelle est annoncée aux pauvres… » D’où la devise de Mgr qui a été pour lui comme un phare pour la route : « Qu’ils te connaissent, toi et celui que tu as envoyé : Jésus-Christ ! » ; Il pourrait dire comme St Paul : « Je n’ai voulu connaître parmi vous que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié ». Parce qu’il savait qu’Il est le chemin, la vérité et la vie. Il croyait ce qu’il disait et vivait ce qu’il croyait ; Mais en réalité, il ne suffit pas à l’apôtre de Jésus Christ de dire ce qu’il croit et de faire ce qu’il dit, il lui faut laisser le Christ vivre en lui ; il faut cette vie d’intime communion avec Dieu pour que le désir de Dieu transparaisse en nous, que sa volonté imprime en nous sa marque et que la conformation au Christ gagne chaque jour du terrain en nos cœurs arides et desséchés. Il faut que nous puissions dire, comme St Paul : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi. » Et nous pensons que la vie de silence et de prière, presque monastique , de Mgr Yougbaré l’a conduit petit à petit à cet état.

En cette année de la foi, proclamée par notre St Père le Pape Benoît XVI, la vie et l’action de notre patriarche, de ce pionnier de l’évangélisation peuvent et doivent nous inspirer.Elles nous rappellent « que la foi chrétienne, n’est pas seulement une doctrine, un savoir, un ensemble de règles morales, une tradition. La foi chrétienne est une rencontre réelle, un rapport avec Jésus-Christ. Transmettre la foi signifie créer en tout lieu et en tout temps les conditions pour qu’advienne cette rencontre entre les hommes et Jésus-Christ. » (IL, 18) A l’instar de notre aîné, de notre pasteur bien-aimé, de notre Père dans la foi qui a réalisé cette rencontre décisive durant sa vie parmi nous et qui s’est efforcé de créer ces conditions pour ses frères et sœurs, laissons-nous habiter par le Christ pour lui appartenir totalement. Et nous mettre au service de Dieu et de nos frères et sœurs de notre terre. Car l’homme, le croyant pour qui nous rendons grâce à Dieu aujourd’hui a eu un rayonnement qui dépasse de loin les frontières de notre petite Haute-Volta d’alors, puisque, à l’occasion de son sacre, le Gouverneur général de l’AOF qui résidait à Dakar a envoyé une voiture au nouveau promu qui était de son ressort territorial.

Par sa disparition le Burkina Faso a perdu un de ses valeureux fils, l’Eglise, un apôtre hors pair, et le diocèse de Koupéla un père. La Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) a su reconnaître et apprécier ses talents de chef et de meneur d’hommes, elle qui l’avait choisi comme un de ses présidents.

Monseigneur YOUGBARE, de là-bas où vous êtes maintenant témoin de nos balbutiements, obtenez-nous une part de votre esprit et de votre zèle dévorant et nous serons les témoins que le Seigneur veut pour le monde d’aujourd’hui. Pour cette année de la foi, frères et sœurs, il vous est conseillé un guide sûr, un guide de confiance : Marie. C’est elle qui a accompagné Jésus tout au long de son parcours terrestre, jusqu’au calvaire, c’est elle que les Apôtres ont rencontré à tous les grands moments de leur vie, et au Cénacle. C’est elle qui a accompagné, chaque jour de sa vie de pasteur notre Aîné et patriarche, Mgr Dieudonné YOUGBARE . Que Marie soit notre Guide, Marie, Femme d’espérance, de Foi et d’Amour. AMEN !!! -_-_-_-_- SR. Koupéla


Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Finale karaoké 2010 des enfants

mardi 7 septembre 2010

La radio Ave Maria à Ouagadougou va avoir la finale du karaoké qu’elle a organisé pour les enfants ces vacances-ci. La dite finale aura lieu à Reem-Doogo sis à Gounghin, le dimanche 12 septembre à 15 heures. A cette occasion plusieurs artistes ont été invités. Rappelons que la marraine de l’événement est Toussy, la coqueluche de la musique moderne religieuse catholique dans notre Eglise Famille.

Sur le Web : http://