Lancement de l’année pastorale 2012/2013

Mot de Mgr Paul OUEDRAOGO
mercredi 7 novembre 2012
par  Ab Joseph KINDA
popularité : 1%

Le Seigneur soit avec vous et avec votre esprit

C’est par cette salutation chère au Christ ressuscité que je vous accueille en notre grande réunion familiale traditionnelle en début d’année pastorale. Je voudrais traduire à chacune, à chacun et à tous, ma fraternelle estime, ma proximité, mon amitié, ferments de cette communion qui tient unis ensemble autour du Christ dans son Eglise ceux qui se réclament d’être ses disciples. Bienvenue particulièrement à ceux et celles qui viennent d’arriver dans le diocèse comme agents pastoraux, les jeunes prêtres, les jeunes profès et professes, c’est vrai, on a l’impression que le lot de Bobo est de former ; nous avons beaucoup de maisons de formations, nous formons, nous accompagnons jusqu’au vœux mais c’est pour servir l’Eglise.

JPEG - 44.8 ko C’est également les agents pastoraux, donc des religieux, des religieuses qui depuis les dernières nominations de leurs instituts se retrouvent à Bobo Je souhaite la Bienvenue aux anciens qui sont maintenant rompus à cet exercice marquant le début de chaque année pastorale, un exercice intellectuel, de session bien sûr mais surtout un exercice de relation pastorale, un exercice d’accueil réciproque, d’écoute mutuel, un exercice de fraternité, de prière partagée dans la communion. Merci à tous pour votre présence et votre disponibilité et j’ai une pensée pour nos frères et sœurs qui pour des raisons de santé ne sont pas avec nous alors qu’ils auraient souhaité l’être. Que Dieu leur donne la guérison. SEDIPA 2011 était ma première rentrée pastorale comme père de cette famille diocésaine. Nous bouclions la dernière année d’un plan pastorale, l’accent avait été fortement mis sur cet objectif d’amener chaque agent pastoral à mieux maîtriser la méthodologie de la planification stratégique pastorale. C’est dans cette planification que s’est engagée l’Eglise famille de Dieu en Afrique de l’Ouest francophone et donc de la CERAO à la Conférence Episcopale, et de la Conférence épiscopale aux différents diocèses. SEDIPA 2012, la présente : L’annonce du 1er août nous situait d’emblée dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui ou comme communauté ecclésiale diocésaine aujourd’hui, nous ne voulons ni fermer les yeux sur les résultats du premier plan stratégique, ni occulter ce qui reste à faire par rapport à ce que nous avions prévu ; mais comme annoncé, nous choisissons seulement de regarder devant nous, le Christ nous fait signe « aie confiance, lève toi, il t’appelle ». Nous l’avons entendu tout à l’heure à l’eucharistie, c’est l’Evangile que nous a proposé la Rive Droite qui est chargé de l’animation liturgique aujourd’hui. Deux repères sont là qui nous interpellent, l’exhortation post-synodale « Africae Munus » et l’Année de la Foi annoncée par la lettre apostolique Porta Fidei et que le Pape Benoît XVI va ouvrir le 11 octobre prochain. Africae Munus, Eglise particulière en Afrique, notre famille diocésaine doit faire de « Africae Munus » une chance pastorale toute spéciale pour devenir et exprimer davantage ce qu’elle est, sel de la terre et lumière du monde. C’est le sous titre que Benoît XVI donne à son exhortation post-synodale qui commence par ces mots « L’engagement de l’Afrique pour le Seigneur Jésus Christ est un trésor précieux que je confie en ce début du 3ème millénaire aux évêques, aux prêtres, aux diacres permanents, aux personnes consacrées, aux catéchistes, et aux fidèles laïcs de ce cher continent et des îles voisines. Cette mission porte l’Afrique à approfondir la vocation chrétienne, elle l’invite à vivre au nom de Jésus la réconciliation entre les personnes et les communautés et à promouvoir pour tous la paix et la justice dans la vérité ». Vous l’aurez reconnu c’est Africae Munus N°1. Le pape invite donc l’Eglise à se placer à la croisée des problèmes avec la certitude d’être porteuse de solutions qui lui viennent de la force de la Foi et de la Parole de Dieu. Il a tracé les lignes maîtresses qu’il nous faut accueillir avec amour et assumer avec détermination. L’année de la Foi, oui c’est le 2ème repère et elle va s’ouvrir le 11 octobre prochain à Rome pour se clôturer en la Solennité du Christ Roi. Elle avait été déjà annoncée par la lettre apostolique Porta Fidei que je vous invite fortement à lire. Nous avons juste puisé quelques suggestions d’actions concrètes qui pourraient nous permettre d’entrer dans le mouvement spirituel de cette année de la Foi, qui reste une occasion privilégiée pour un élan apostolique renouvelé. Il faut dire que cette année de la Foi, le pape Benoît XVI l’a voulu à l’occasion du concile oeucumenique Vatican II et du 20ème anniversaire de l’apparition du catéchisme de l’Eglise catholique, nous connaissons ces documents. Mais ce que le pape souhaiterait surtout c’est que l’Eglise redécouvre pour ainsi dire l’esprit du concile, ce Concile dont la convocation en 1962 relève d’une inspiration lumineuse et révolutionnaire du bienheureux pape Jean XXIII. Il ne faut pas oublier qu’il avait 83 ans et c’est ce pasteur qui au fond a senti après la 2ème guerre mondiale et peut-être à un moment crucial de la guerre froide où la méfiance était entrain de s’installer, ou chacun courait aux armements divers pour essayer de dissuader ses voisins. Le pape Jean XXIII à un moment donné se convainc que la solution pour cette humanité viendra de l’Eglise. Et il faut retrouver dans la Constitution Lumen Gentium donc des conciles œcuménique Vatican II, j’allais dire en son numéro 1 ce qui a suggéré au bienheureux pape Jean XXII réellement d’aider l’Eglise à redécouvrir sa mission propre, à ne pas s’enfermer dans la peur de ce monde. Ce monde et donc l’humanité n’aura de salut que si l’Eglise répond réellement à sa vocation et à sa mission ; c’est d’ailleurs ainsi que commence Lumen Gentium « Le Christ est la lumière des peuples. Réuni dans l’Esprit Saint, le Saint concile souhaite donc ardemment en annonçant à toute créature la Bonne Nouvelle de l’Evangile, répandre sur tous les hommes la clarté du Christ qui resplendit sur le visage de l’Eglise. L’Eglise étant dans le Christ en quelque sorte le sacrement c’est à dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain, elle se propose de préciser davantage pour ses fidèles et pour le monde entier, en se rattachant à l’enseignement des précédents conciles, sa propre nature et sa mission universelle. Et le concile contribue à ce devoir qui est celui de l’Eglise. Les conditions présentes ajoutent une nouvelle urgence ; il faut en effet que tous les hommes désormais, plus étroitement unis entre eux par les liens sociaux, techniques, culturels, réalisent également leur pleine unité dans le Christ. Et l’année de la foi voudrait réellement nous amener à sentir que notre vocation propre c’est de grandir bien sûr comme famille de disciples du Christ, mais de sentir que réellement nous avons une mission aussi pour le monde et que le salut de ce monde en quête de réconciliation, en quête de justice, en quête de paix, eh bien, c’est l’Eglise en définitive qui en ait le meilleur signe et le meilleur instrument si elle répond pleinement à ce qu’elle ait, à sa nature et à sa vocation. Et lorsque l’Eglise réalise qu’elle est à la fois le signe et l’instrument de l’unité du genre humain, elle répond mieux à sa vocation réelle, ses initiatives deviennent plus pertinente pour l’unité en son sein et pour offrir au monde son service pour l’unité. Ces repères nous ont conduits à formuler ainsi ce thème de notre SEDIPA « Membres de l’Eglise famille de Dieu, renouveler dans notre foi, réconcilions-nous pour êtres artisans de paix ». Il s’agit donc pour nous de nous laisser interpeller tous et chacun à la place qui est la nôtre, de retrouver un nouveau souffle de la foi qui ouvre nos cœurs à une nouvelle manière de vivre. « Africae Munus » invite chacun, chaque famille diocésaine à un engagement plus réel qui nous permet d’être à la fois signe et moyen de réconciliation, de justice et de paix. Le plan d’action que nous voulons, c’est un plan qui nous renouvelle au plus profond de nous-mêmes d’abord et à l’intérieur de notre famille ecclésiale, seul signe qui, travaillé et enrichi au contact de la Parole de Dieu et des sacrements nous préparent à être cet instrument efficace pour faire avancer la cause de la réconciliation, de la justice et de la paix en Afrique en commençant par le Kenedougou et le Houet qui sont les provinces qui recouvrent notre diocèse. Pendant donc quelques jours, notre équipe d’animation renouvelée en tenant compte de vos suggestions va nous aider à mieux dessiner notre avenir pastoral marqué par « Africae Munus » qui ne doit vraiment pas tomber dans les oubliettes. Son message est un message d’espérance et c’est à cette espérance que je vous invite tous en déclarant ouverte la SEDIPA 2012.

Je vous remercie


Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Finale karaoké 2010 des enfants

mardi 7 septembre 2010

La radio Ave Maria à Ouagadougou va avoir la finale du karaoké qu’elle a organisé pour les enfants ces vacances-ci. La dite finale aura lieu à Reem-Doogo sis à Gounghin, le dimanche 12 septembre à 15 heures. A cette occasion plusieurs artistes ont été invités. Rappelons que la marraine de l’événement est Toussy, la coqueluche de la musique moderne religieuse catholique dans notre Eglise Famille.

Sur le Web : http://