Pape François, ses premières paroles

Appel à la fraternité
jeudi 14 mars 2013
par  Ab Joseph KINDA
popularité : 1%

« Frères et sœurs, bonsoir !

Comme vous le savez, pendant le conclave, on choisit l’évêque de Rome. On dirait que mes frères cardinaux sont allés le prendre presque au bout du monde, mais nous voilà. Je vous remercie pour votre accueil, celui de la communauté du diocèse de Rome à son évêque. Avant tout, je voudrais faire une prière pour notre évêque émérite, Benoît XVI. (Applaudissements) Prions pour que le Seigneur le bénisse et pour que la Vierge le garde. (François Ier récite un Notre Père et un Je vous salue Marie.) Et maintenant, commençons ce chemin, évêque et peuple. Ce chemin de l’Eglise de Rome, celle qui préside à la charité de toutes les Eglises. Un chemin de fraternité, d’amour, de confiance entre nous. Prions toujours les uns pour les autres et prions pour le monde, pour qu’il y ait une grande fraternité. Je souhaite que ce chemin d’Eglise, et en cela le cardinal vicaire m’aidera, soit fructueux pour (…) l’évangélisation. Je veux vous demander une faveur, avant de vous donner ma bénédiction, je vous demande votre prière, qui est la bénédiction du peuple pour son évêque. (Il s’incline alors pour recevoir la bénédiction des fidèles.) Demain, je vais prier la Vierge pour qu’elle protège la ville de Rome. A demain, à bientôt… Bonne nuit et bon repos. »

JPEG - 8.5 ko Le Vatican a confirmé mercredi soir que le nouveau souverain pontife voulait prendre le nom de François, sans numérotation.

François, et non François Ier. Dans la soirée, le Vatican a insisté pour souligner que le nouveau pape voulait être appelé François, sans référence à la numérotation romaine.

Federico Lombardi, directeur du bureau de presse du Saint-Siège, a écarté toute confusion dans la soirée, rappelant que c’est ainsi que le cardinal Jean-Louis Tauran avait d’ailleurs présenté le nouveau souverain pontife au monde. « Il ne s’appellera François Ier que lorsqu’il y aura un François II », a glissé malicieusement Federico Lombardi. Toute allusion amusée au monarque emblématique de la Renaissance française devrait ainsi être éloignée.

Yves Thréard

Pape François, portrait

Dans une curie touchée par le scandale, l’austérité de Jorge Bergoglio, d’abord, séduit. Né le 17 décembre 1936 d’un père employé ferroviaire et d’une mère au foyer, ce descendant d’immigrés piémontais cultive un style très éloigné de la splendeur du Saint-Siège. À Buenos Aires, il a renoncé à la luxueuse demeure de l’archevêché et se contente d’un appartement à côté de la cathédrale. « Il se lève à 4 h 30 du matin et lit beaucoup », témoigne son ancien porte-parole. On ne lui connaît ni domestique ni voiture, et il n’est pas rare de le voir dans le métro ou s’asseoir au dernier rang dans les réunions. Lors de sa dernière intervention devant l’assemblée plénière, ses mots simples ont une nouvelle fois recueilli les applaudissements. Un homme qui sait parler et se taire quand il le faut, un homme habile et d’une grande profondeur spirituelle, c’est ainsi qu’on le décrit.

Ce caractère a été forgé par une solide formation intellectuelle. Après un diplôme de technicien chimiste, Jorge Bergoglio intègre à 21 ans la Compagnie de Jésus et étudie la philosophie. Il terminera sa thèse en Allemagne, dont il parle la langue, revient pour enseigner et diriger l’université de San Salvador de Buenos Aires. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages théologiques. Peu à peu, il gravit les échelons de l’Église : Jean-Paul II le nomme évêque auxiliaire en 1992, puis archevêque de Buenos Aires en 1998, cardinal et primat d’Argentine en 2001. Il a également présidé la Conférence des évêques du pays et participe au Conseil épiscopal latino-américain. Une expérience de terrain dans laquelle « il a témoigné d’un fort tempérament et d’un sens politique aigu », note son biographe officiel argentin, Sergio Rubin.

Ces qualités lui seront sûrement utiles pour gérer la curie, dont le cardinal n’est pas issu. En Argentine, il a affiché les positions traditionnelles de l’Église sur le mariage des prêtres, l’avortement, et a mené, en vain, la guerre contre le mariage homosexuel. Depuis, il est en conflit ouvert avec la présidente Cristina Kirchner qui prône l’avortement et la contraception.

Alice Pouyat


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Finale karaoké 2010 des enfants

mardi 7 septembre 2010

La radio Ave Maria à Ouagadougou va avoir la finale du karaoké qu’elle a organisé pour les enfants ces vacances-ci. La dite finale aura lieu à Reem-Doogo sis à Gounghin, le dimanche 12 septembre à 15 heures. A cette occasion plusieurs artistes ont été invités. Rappelons que la marraine de l’événement est Toussy, la coqueluche de la musique moderne religieuse catholique dans notre Eglise Famille.

Sur le Web : http://